Le ministre canadien de l`Immigration Ahmed Hussen a assuré cet

L`Entente sur les tiers pays sûrs est là pour rester


Le ministre canadien de l`Immigration Ahmed Hussen a assuré cet après-midi que le Canada n`avait nullement l`intention de se retirer de l`Entente sur les tiers pays sûrs, qui encadre le passage de demandeurs d`asile entre les États-Unis et le Canada.

Hier, le premier ministre Justin Trudeau avait ouvert la porte à une modification de cette entente.

De passage dans la métropole aujourd`hui pour une allocution devant le Conseil des relations internationales de Montéral (CORIM), le ministre Hussen a confirmé que des discussions étaient déjà en cours avec la autorités américaines. «Ce ne sont pas encore des négociations formelles», a-t-il toutefois assuré. «Nous allons continuer de faire valoir nos inquiétudes.»

En vertu de l`Entente sur les tiers pays sûrs, les demandeurs d`asile sont tenus de présenter leur demande dans le premier pays où ils arrivent, pour peu qu`ils traversent la frontière par les voies officielles. Ainsi, un demandeur d`asile qui se présente à une douane canadienne sera renvoyé aux États-Unis.

Questionné à savoir si le Canada envisageait de se retirer de l`accord advenant une impasse des discussions, M. Hussen a été catégorique: l`entente est là pour rester, bien que chacune des parties puisse en suspendre l`application pendant trois mois.

«Ce serait complètement irresponsable, car cet accord est bon pour le Canada, a-t-il tranché. Nos deux pays gèrent l`immigration de manière ordonnée. Si l`accord était suspendu, nous ne pourrons même plus expulser les migrants qui arrivent des États-Unis par les postes de douane réguliers. Nous aurons encore plus de demandes d`asile que nous en avons maintenant.»

Ahmed Hussen a toutefois justifié les discussions en cours avec ses homologues américains du fait que l`entente est vieille de 14 ans et qu`elle mérite d`être modernisée.

Source: lapresse.ca