(Québec) Titulaire des Finances dans le gouvernement de Pauline Marois,

PQ: au tour de Nicolas Marceau de tirer sa révérence


(Québec) Titulaire des Finances dans le gouvernement de Pauline Marois, Nicolas Marceau ne sollicitera pas de nouveau mandat aux élections générales du 1er octobre. Des sources proches du député de Rousseau indiquent que l`annonce de ses intentions devrait être faite en juin.

Joint hier en fin de journée, le principal intéressé se défendait d`avoir arrêté sa décision. «Ma décision n`est pas prise. Mon entourage connaît mes états d`âme, mais formellement, je n`ai pas arrêté de décision», souligne-t-il. Sa circonscription de Rousseau risque d`être une proie facile pour la Coalition avenir Québec aux prochaines élections, si on observe les sondages. Élu sans interruption depuis 2009, il avait été nommé ministre dès la formation du gouvernement Marois, en octobre 2012.

Sa réalité a changé depuis une récente séparation, il doit assumer désormais la garde partagée de deux enfants de 11 et 15 ans.

Professeur d`économie à l`Université du Québec à Montréal - il est professeur titulaire depuis 2001 -, M. Marceau a toujours son lien d`emploi avec l`établissement, un poste l`attend à sa convenance.

M. Marceau aurait souhaité annoncer sa décision «le plus tôt possible, dès février», explique-t-il. Dans son entourage, il a indiqué qu`il annoncerait son départ en juin. 

Des collègues députés étaient perplexes, expliquant que Marceau, dans les travaux à l`interne, ne donnait aucun signe de défection. Dans les réunions difficiles, au caucus comme au Conseil des ministres, il a toujours été l`un de ceux qui assuraient qu`on garde le cap, derrière le chef. Il a toujours été un «centriste» par rapport à ses collègues. 

Avec ce départ, le député de Sanguinet Alain Therrien deviendra la voix économique du PQ aux prochaines élections.

Depuis 2001

Comme ministre des Finances, Nicolas Marceau avait dû reporter l`atteinte du déficit zéro, tant les prévisions étaient hors cible. Gauchement, il avait laissé tomber qu`avec son équipe aux Finances, elles «n`avaient pas été très [bonnes]». Aux prises avec la promesse de l`abolition de la taxe santé, il avait introduit un quatrième palier d`imposition qui faisait davantage porter le poids de cette contribution aux hauts salariés.

Dans l`opposition, depuis plus d`un an, il a attaché le grelot au problème des entreprises qui, tout en ayant un lien contractuel avec le gouvernement, tirent une partie de leur financement de paradis fiscaux. Il est intervenu à chaque occasion pour défendre le maintien des sièges sociaux au Québec et avait dénoncé la formule choisie par Québec pour venir en aide à Bombardier, dans le dossier de la CSeries.

Sa première incursion dans la vie publique remonte à 2001. Avec d`autres spécialistes, il avait été choisi par le gouvernement Landry pour participer à une Commission sur le déséquilibre fiscal, une opération présidée par l`ex-ministre libéral Yves Séguin.

La décision de M. Marceau de ne pas solliciter un nouveau mandat s`ajoute à une liste de départs chez les joueurs d`avant du PQ. Agnès Maltais à Québec et François Gendron en Abitibi, et surtout Alexandre Cloutier dans Lac-Saint-Jean, ont fait savoir qu`ils ne solliciteraient pas de nouveau mandat.

Source: lapresse.ca