Une nouvelle étude le confirme : les Canadiens sont largement favorables

OGM: les Québécois plus inquiets que les autres Canadiens


Une nouvelle étude le confirme : les Canadiens sont largement favorables à l`étiquetage des aliments qui contiennent des organismes génétiquement modifiés, mais c`est au Québec que les consommateurs sont le plus inquiets face au génie génétique dans l`assiette. Détails.

OÙ SONT-ILS ?

On en parle beaucoup, mais les gens se demandent où se trouvent finalement ces fameux organismes génétiquement modifiés (OGM).

« Il y a un vide du côté des connaissances du génie génétique dans notre assiette », dit Sylvain Charlebois, doyen de la faculté de management de l`Université de Dalhousie, en Nouvelle-Écosse. Il est le premier auteur de l`étude qui sera dévoilée ce matin d`après un sondage mené au début du mois auprès de 1046 Canadiens.

Plus de la moitié des répondants ne savent pas s`ils ont acheté un aliment génétiquement modifié, qu`il s`agisse d`un produit d`origine animale ou végétale. 

Par ailleurs, 45 % des participants croient que les connaissances quant aux effets des aliments génétiquement modifiés sur notre santé ne sont ni claires ni suffisantes. 

« On a des récoltes génétiquement modifiées depuis 24 ans. Là, avec le saumon qui arrive, on fait encore les mêmes erreurs. On n`offre pas aux consommateurs la possibilité d`apprivoiser le génie génétique. » - Sylvain Charlebois, doyen de la faculté de management de l`Université de Dalhousie, en Nouvelle-Écosse

48 %

Le Québec est de loin la province où l`on craint le plus les OGM dans l`alimentation puisque 48 % des répondants au sondage les perçoivent comme étant dangereux. C`est nettement au-dessus de la moyenne nationale, qui est de 35 %. À noter : 28 % des Canadiens jugent les OGM de façon « neutre », donc ne les croient ni sûrs ni dangereux. 

POUR L`ÉTIQUETAGE OBLIGATOIRE

Oui, les Canadiens veulent savoir s`il y a des OGM dans les produits qu`ils achètent. Plus de 60 % des répondants croient que des mesures volontaires ne sont pas suffisantes et 89 % croient que tous les aliments qui contiennent des OGM devraient l`indiquer. 

Rien pour étonner Thibault Rehn, du groupe québécois Vigilance OGM. « Il faut le rappeler si on veut que les politiciens entendent », estime M. Rehn, qui croit encore que l`étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM doit non seulement être fait, mais être fait de la bonne façon.
Deux logos étudiés aux États-Unis en vue de... (Image tirée d’internet) - image 2.0
Agrandir

Deux logos étudiés aux États-Unis en vue de l`étiquetage des aliments OGM, décriés par certains, car ils renvoient une image positive.

Image tirée d’internet

Les États-Unis travaillent sur un projet d`étiquetage, explique-t-il. Les logos proposés présentent le mot « bioengineered » joliment représenté par l`abréviation BE. Les logos à l`étude envoient une image positive, l`un d`eux étant carrément un bonhomme sourire. « C`est ridicule », dit Thibault Rehn, qui espère que le Canada ne suivra pas cet exemple.

INQUIÉTUDES POUR LES POISSONS ET LES FRUITS DE MER

Ce qui préoccupe le plus les consommateurs : les poissons et fruits de mer génétiquement modifiés. C`est cette catégorie qui a obtenu les plus bas résultats dans les intentions d`achat des Canadiens. L`arrivée sur le marché du saumon OGM l`année dernière n`est certainement pas étrangère à cette aversion. Le saumon, premier animal transgénique commercialisé pour la consommation humaine, a été vendu au Québec à l`insu des consommateurs, puisqu`il n`est pas désigné comme tel. « C`est entré complètement incognito, dit Sylvain Charlebois. Et les enseignes disent qu`elles ne vendront pas de saumon génétiquement modifié, mais elles ne peuvent pas le garantir puisqu`il n`est pas identifié. Il pourrait y en avoir des morceaux dans un pâté au saumon, par exemple. Il y a un manque de transparence totale. » 

CONFIANTS, MAIS...

Les gens font toutefois confiance au processus qui mène à l`autorisation de commercialiser un OGM : 56 % croient que ces aliments font l`objet de tests et d`études approfondis. Seulement 16 % pensent le contraire. En revanche, lorsqu`il est particulièrement question du Canada, 40 % estiment que les OGM n`ont pas été suffisamment testés avant qu`ils se retrouvent sur les rayons des épiceries. « Oui, il y a là un paradoxe, confirme Sylvain Charlebois. Ça démontre qu`il y a une confusion totale sur le plan de la confiance et les groupes à blâmer sont les producteurs de biotechnologie qui ont travaillé avec les producteurs, mais ne se sont pas suffisamment intéressés aux consommateurs. »

Source: lapresse.ca