BAGDAD (AFP) -  Deux bombes ont explosé vendredi soir près du

Irak: le siège du Parti communiste allié à Moqtada Sadr ciblé par un attentat

BAGDAD (AFP) - 
Deux bombes ont explosé vendredi soir près du siège du Parti communiste irakien (PCI) à Bagdad, a indiqué un porte-parole de "La marche pour la réforme", l`alliance du PCI avec le populiste chiite Moqtada Sadr qui est arrivée en tête des législatives.

Trois personnes ont été blessées, a déclaré à l`AFP sous le couvert de l`anonymat un officier de police.

C`est la première fois qu`un parti politique est visé dans la capitale irakienne depuis le lancement de la campagne électorale mi-avril.

"Deux bombes ont été lancées sur le siège du PCI" situé sur la place al-Andalous, dans le centre de Bagdad, a affirmé à l`AFP le porte-parole du PCI Jassem al-Hilfi, également membre du bureau politique.

Il a accusé "les corrompus qui n`ont pas supporté d`avoir perdu" aux législatives du 12 mai d`être derrière cette double attaque.

Ces deux bombes sont "un message de menace qui vise à nous effrayer pour nous empêcher de poursuivre sur le chemin de la réforme et du changement", a-t-il poursuivi. Le PCI, a-t-il ajouté, reçoit "des menaces en permanence".

Le 12 mai, à la surprise générale, la liste de l`outsider Moqtada Sadr, qui présentait un programme anti-corruption, a décroché 54 sièges au Parlement.

Est arrivée deuxième celle des anciens combattants du Hachd al-Chaabi, supplétifs de l`armée dans la guerre contre le groupe Etat islamique (EI) avec 47 sièges, distanciant la liste du Premier ministre Haider al-Abadi soutenu par la communauté internationale (42 sièges).

Ce scrutin, le premier depuis la "victoire" déclarée par Bagdad sur les jihadistes, s`est déroulé sans incident majeur, une première depuis l`invasion emmenée par les Américains qui a renversé Saddam Hussein en 2003.

Dans sa foulée, les tractations ont débuté pour former une coalition gouvernementale, les deux puissances impliquées en Irak, l`Iran et les Etats-Unis, dépêchant même des émissaires pour peser sur les alliances.

Mais les dénonciations de fraude s`accumulant, le gouvernement a ordonné un réexamen des résultats du vote qui provoque de la fébrilité au sein de la classe politique.

Même si l`EI a perdu la quasi totalité des territoires qu`il avait conquis en 2014, il continue à frapper.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, cinq personnes, --une femme, une fillette et trois policiers-- ont été tuées dans une attaque suicide revendiquée par le groupe Etat islamique (EI) dans un bastion sadriste de Bagdad.

Un kamikaze a fait détoner sa ceinture d`explosifs près d`un jardin public où des familles étaient attablées pour le "souhour", la dernière collation avant le début du jeûne avec le lever du soleil.

Cette attaque, dans le quartier majoritairement chiite d`Al-Chola, dans le nord de la capitale, était la première du mois de jeûne musulman à Bagdad.

Source: france24.com